vendredi 15 septembre 2017

La quête des origines dans l’adoption comme réponse au besoin d’historicisation


Quel est le rapport de l’homme à son histoire et en quoi celle-ci le façonne sans pour autant le déterminer ? Sans tomber dans une position déterministe ou culturaliste (Kilani, 2012), nous tenterons dans ce travail d’enrichir le débat entre nature et culture qui pensé dans une perspective « historicisante », fait de l’homme un être « [bio]-psycho-social-historique » (de Gaulejac, 1987). En effet, « l’homme est histoire » (de Gaulejac cité par Abel Eber, 2000, p. 64) car il naît à la fois du biologique et du groupe social (Granjon, 2006). Selon ces mêmes auteurs, l’identité se construit à partir des expériences personnelles, familiales et socioculturelles. Dans une perspective socio-clinique, de Gaulejac1 a développé la notion d’historicité qui rend compte de la capacité de l’individu à se distancier de ses déterminants biologiques, sociaux et généalogiques afin de se les approprier. Nous verrons également en quoi l’histoire et plus particulièrement le processus d’historicisation2 contribue à la construction identitaire d’un sujet.
...
Dans un deuxième temps, les enjeux du travail d’historicisation seront mis en perspective dans le contexte de l’adoption. En effet, si l’on peut affirmer que le travail d’historicisation est essentiel à l’homme, il sera d’autant plus complexe que le sujet rencontrera des ruptures et des discontinuités dans son parcours biographique. Or, à l’origine de la situation d’adoption il y a un abandon qui implique rupture institutionnelle, légale, symbolique et affective de l’enfant avec sa famille biologique. Dans ce contexte, comment l’enfant va-t-il se construire sur la base d’une histoire « interrompue » à laquelle il n’a pas accès directement ? Par conséquent, au vu de ces différents niveaux de ruptures et inconnues, la question des origines est d’autant plus signifiante dans la situation d’adoption puisque les médiations qui permettent d’inscrire l’enfant dans la continuité d’une histoire/mémoire ont été interrompues. Selon van Edten (2009), le questionnement sur ses origines est d’autant plus important pour les personnes adoptées « qu’il contient, dans la plupart des cas, des zones d’ombres et des inconnues » (p. 5).

Cliquer sur le lien ci-dessous pour télécharger ce mémoire.   

Mémoire de Clara Favre

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire